03170 Chamblet

Le coin des articles 

1er article - Le toucher dans la société

Il me semble important pour un praticien de santé naturelle de parler du toucher.


Savez-vous que c’est le sens le plus réprimé dans notre société occidentale ? Beaucoup de personnes souffrent d’un manque de contact corporel. Certaines personnes peuvent rester des semaines sans être toucher. Et c’est malheureusement tout à fait favorable à l’instauration de dépression et autres troubles de l’humeur.

Je parle bien ici de toucher relationnel, cet article ne traite pas de la question du toucher sexuel, du toucher dans l’intimité personnelle. Je parle du toucher bienveillant, celui qui fait du bien au mental et au corps, un toucher de bien-être, celui que l’on peut donner sans aucune pensée déviante.

Le toucher est vieux comme le monde et en même temps tabou dans notre société. La main est pourtant nourricière, réparatrice, elle réconforte.

Aujourd’hui lorsque l’on se fait toucher par quelqu’un, on se demande toujours quelles sont les intentions derrières, surtout si c’est un homme qui touche une femme, une main sur l’épaule, une bise, une main dans le dos. Ne vous êtes-vous jamais platement excusés d’avoir frôler une main dans un transport en commun ?… Un peu comme une paranoïa collective qui s’installerai progressivement dans l’inconscient collectif. La faute certainement à toutes ces personnes mal intentionnées qui utilisent le toucher pour assouvir leurs propres désirs personnels, leurs frustrations, qui utilise le corps de l’autre comme objet servant à des fins malveillantes. De plus, tout ceci est très médiatisé et ce n’est pas un mal en soi. Il faut en parler, cela permet de faire reculer ces actes répréhensibles.

Ce qui est dommage c’est qu’il n’y a pas de contrebalancement, il faudrait aussi parler du toucher bienveillant, celui qui est positif. Parler des personnes qui demande simplement un contact humain bienveillant et qui n’en n’ont pas.

Je terminerai cet article sur une citation de Joël Savatofski praticien en massage bien-être et fondateur de Institut de Formation Joël Savatofski : « Il ne viendrait à l’esprit de personne de se priver de la vue en se bandant les yeux, de l’audition en se bouchant les oreilles. Et pourtant tout est fait pour que les hommes prennent constamment leurs distances les uns par rapport aux autres. On peut sans arrêt se couper la parole, mais on doit s’excuser à table d’avoir frôler son voisin en attrapant la carafe d’eau. Ni totalement, ni constamment interdit, le toucher est certes accepté dans certaines circonstances et sous quelques conditions bien établies, mais alors il est profondément codifié »

 03170 Chamblet